Ecouter son corps ?

 

De plus en plus, l’idée fait son chemin que les maux du corps ont un sens. Le corps délivrerait des messages qu’il faudrait savoir entendre… Il dirait à sa façon ce qu’on ne dit pas. Notre chair, nos muscles, nos organes et nos os hurleraient les cris que l’on tait. Donner du sens à ce que l’on souffre permettrait de rétablir un équilibre entre corps et esprit.

Capture-d’écran-2015-06-02-à-09.34.34

«Prends soin de ton corps pour que ton âme ait envie de l’habiter », dit un proverbe chinois. C’est dans la médecine chinoise, vieille de plus de 3500 ans, que plusieurs thérapeutes d’aujourd’hui puisent leur théorie psycho-corporelle, mettant en lien le bien être du corps et celui de l’esprit. Pour la médecine orientale, la maladie témoigne d’un obstacle à la réalisation du Chemin de Vie. La conscience exprimerait ainsi, par des troubles énergétiques générateurs de maladie, les entraves à son plein épanouissement. Il resterait donc à  décoder les désordres et déséquilibres intérieurs qui sous-tendent la maladie afin de retrouver un bon état de santé.

Un corps qui fait mal exprime-t-il le stress, les émotions, les soucis, les phases de la vie ? Qu’est-ce que nous dit un mal d’épaule, un lumbago, une n-ième entorse de la cheville ? Des sophrologues, des réflexologues, des adeptes de la psycho-énergétique, des somato-psychopédagogues ont centré leurs soins sur la relaxation, la perception des mouvements intérieurs, les massages, la stimulation de points corporels et bien d’autres techniques encore qui accueillent et prennent en compte les ressentis physiques et leur localisation dans le but d’accéder aux sources émotionnelles du mal être.

S’il existe une corrélation entre les maux du corps et ceux de l’esprit, la guérison reposerait sur une compréhension plus globale de l’être et de ses mécanismes psychosomatiques : comme un va et vient entre le corps et l’âme qui permettrait de s’adresser à l’un pour aider l’autre et de les réconcilier.

Ecouter son corps qui parle…

229468

C’est dire si la réflexion est en vogue. Le numéro d’Avril de Psychologies Magazine lui consacre un dossier : « ECOUTER SON CORPS – Bien décoder ses messages ». Une lecture qui invite à ouvrir son regard sur des pratiques peu connues et permet peut-être de se forger sa propre opinion ou de faire le tri entre ce qui nous parle ou non.

Quoi qu’il en soit, c’est indéniable, même si la mode est récente, d’une façon générale, s’écouter est une bonne chose ! (Si l’on veut bien entendre ce qu’on a à se dire et prendre soin de la relation qu’on entretient avec soi-même…). Pourquoi le corps n’aurait-il pas lui-même son maux à dire ?

Néanmoins, il m’a plu de lire, dans ce dossier, cette explication d’une thérapeute : « On ne peut pas recevoir ce qui émane du corps de l’autre si l’on y projette ses propres interprétations. Pendant l’entretien qui suit la séance, je décris ce que j’ai ressenti et la personne construit ses propres significations à partir des informations que je lui donne et de ce qu’elle-même a ressenti ». Ne jamais perdre de vue qu’on est seul à savoir de quoi l’on souffre et ce que l‘on ressent vraiment ! En d’autres termes, j’oserais vous recommander de ne laisser personne vous conter votre propre histoire…

Dis-moi où tu as mal …

Mais du coup, surfant sur la vague de l’énergétique et de la sagesse asiatique, j’aurais bien la curiosité d’aller entendre ce qu’en dit Michel Odoul mardi prochain (26 avril) à La Halle aux Toiles à Rouen (à 20 h) car il donne justement une conférence sur le thème : « DIS MOI OU TU AS MAL ». Et je vous passe volontiers l’information.

Michel Odoul, c’est le fondateur de l’Institut Français du Shiatsu. Praticien reconnu dans cette discipline, il est aussi l’auteur d’un best-seller « Dis-moi où tu as mal et je te dirai pourquoi » (Albin-Michel, 2002) – décliné en « Dis-moi où tu as mal – Le lexique » ou encore en «Dis-moi quand tu as mal et je te dirai pourquoi ».

Ça vous démange ou ça vous donne des boutons ?

13007291_565579423608753_1231006176278864320_n

Conférence exceptionnelle de Michel Odoul : « Dis moi où tu as mal » à 20h le mardi 26 avril 2016. Réservation conseillée. Halle aux Toiles, Rouen

Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen 

Publicités
Publié dans ados, adulte, écoute | Laisser un commentaire

Couple vs famille et belle-famille…

Inventer au quotidien son couple, en empruntant à ses modèles familiaux d’origine, tout en n’étant ni l’un ni l’autre, voilà qui n’est pas chose facile ! Le couple va devoir assimiler les cultures, les ancrages et les attachements divers de chacun des deux et ajouter sa touche créative. Comment se détacher de sa famille d’origine tout en la gardant proche de soi ? Comment trouver la bonne distance dans ses relations avec sa belle-famille ? Quelles limites poser ? Faut-il tout balayer, tout ré-inventer ? Et que faire de toutes nos différences…?

Je vous soumets ce dossier de Psychologies Magazine consacré aux relations entre les couples et leurs tribus respectives. Bonne lecture !

Couple : Concilier famille et belle-famille

Le rôti du dimanche midi, les désaccords avec les beaux-parents, les vacances à partager entre sa famille et sa belle-famille… Former un couple, c’est aussi apprendre à composer avec deux « tribus » parfois très différentes. Les conseils de Christine Brunet, psychothérapeute, pour trouver sa juste place.

Couple-Concilier-famille-et-belle-famille_imagePanoramique647_286

On ne choisit pas sa famille… Pas plus que sa belle-famille. Et nous sommes nombreux à la trouver soit trop critique, soit trop envahissante, ou à l’inverse, trop indifférente… Mais former un couple, c’est apprendre à composer. Avec ses propres parents, dont on doit s’éloigner pour construire notre vie amoureuse. Avec ses beaux-parents, que l’on « adopte » en s’unissant à leur enfant. Avec toute une myriade d’oncles, de tantes, de grands-parents… Autant de modèles qui influent sur nos histoires d’amour. A partir d’eux, les amoureux se lancent dans un subtil travail de tricotage entre deux histoires de famille. L’enjeu, pour Christine Brunet, psychothérapeute : « parvenir à créer son propre couple, sa propre famille ». A transformer son héritage familial « en réaménageant, à sa façon, les traditions, les rites, et en en inventant de nouveaux ».

Se détacher de sa famille d’origine

Pour aimer, on doit arriver à se séparer de sa famille d’origine, ne cessent de rappeler les thérapeutes. « On ne peut pas rester à vie l’enfant de ses parents. Devenir adulte, c’est garder ses marques d’enfant mais construire sa propre vie, penser et développer son autonomie, sa propre idée de réalisation de soi », explique Christine Brunet. La priorité de tout couple doit donc être la nouvelle famille qu’il est en train de créer. D’autant que le risque est grand quand l’un des partenaires reste sous l’emprise de sa famille d’origine ou que celle-ci finit par déterminer les choix du couple. « C’est un poison. Cela ne permet pas au couple de se former, d’imaginer des projets indépendants. Cela crée de la rancœur, de l’aigreur ». Et se répercute sur le désir de chacun envers son partenaire, sur l’éducation des enfants… Une source de nombreux conflits en perspective.

Se détacher de sa famille, c’est aussi savoir la critiquer. « De facon constructive. Il est important que chaque membre du couple puisse transmettre une part de son modèle familial. Mais pour voler de ses propres ailes, il doit savoir dire : « moi j’ai reçu cela, mais je veux faire comme ceci, je veux créer cela ».

Trouver la bonne distance

Pour autant, « couper le cordon » ne signifie pas couper les ponts. Bien au contraire. « Il ne s’agit pas de se désintéresser, de s’exclure de sa famille d’origine. Mais d’essayer de se mettre à la bonne distance. Tout en restant à l’écoute de son désir et de celui de son conjoint. » Qui sera d’ailleurs un précieux allié pour nous y aider. Cette juste place, c’est à chacun de la trouver. De l’inventer. « Elle se construit avec le temps, et sera peut-être un jour à remettre en question. Mais les relations familiales n’évoluent pas forcément dans le mauvais sens ! ». Et les moments passés en famille restent importants, même si l’on a quitté le nid depuis longtemps. « Ce sont des instants festifs, de retrouvailles, d’échange. » Une richesse aussi pour les enfants du couple, « qui peuvent ainsi savoir qui ils sont et d’où ils viennent ». A condition que ces moments ne relèvent pas que de l’obligation…

lire la suite…

conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil 

Publié dans Couple, famille, parents | Laisser un commentaire

25 novembre, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

En France, une femme sur dix est victime de violences physiques ou psychologiques. Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon. Ces évaluations émanent de l’enquête ENVEFF (Enquête Nationale sur les Violences Envers les Femmes en France), réalisée en 2000 (la première opération statistique en France permettant de mesurer les violences faites aux femmes). Près de quinze ans après, une nouvelle enquête (VIRAGE) est en cours de réalisation au sein de l’Ined. D’autres études tentent de cerner le phénomène de la violence conjugale. Les femmes en sont les principales victimes même si les hommes peuvent l’être également. La violence conjugale existe aussi dans les couples homosexuels, gay ou lesbiens.

La violence qui s’exerce dans un couple peut être circonstancielle ou relever d’un processus évolutif et cyclique au cours duquel un des deux partenaires exerce une domination physique et/ou psychologique  sur son conjoint par des actes répétitifs.

cycleviol-diapositive1

Certains auteurs parlent de terrorisme conjugal : la victime subit des brutalités physiques, psychologiques, sexuelles (en France, le viol entre époux est condamnable depuis 1992), économiques (domination financière, privations, contrôle de l’argent) ou spirituelles qui la tiennent dans une soumission et une terreur destructrices (perte de son intégrité psychique, son estime de soi, sa liberté intérieure…); elle devient otage de la relation conjugale et peine à s’en extraire. Au delà de la déroute psychologique des victimes, la peur des représailles, la culpabilité, la honte, le sentiment d’échec, la dépendance économique, sont autant de freins à la demande d’aide d’un tiers. (En savoir plus sur la victimisation par la violence conjugale).

La violence conjugale a des conséquences également sur les enfants du couple, considérés par la Loi comme des victimes, qu’ils soient directement concernés par des actes de violences ou qu’ils en soient les témoins.

25 novembre, journée de mobilisation contre les violences faites aux femmes

La mobilisation est internationale : les violences conjugales constituent un des facteurs majeurs de risque pour la santé des femmes âgées de 19 à 44 ans dans le monde. On estime aujourd’hui à 35% la proportion mondiale des femmes exposées à une forme de violence physique et/ou sexuelle au cours de leur vie.

Retour en France. Dès ce soir (24 novembre) sur France 5, un documentaire inédit, Violences conjugales – Au nom des femmes, sera suivi d’un débat animé par Marina Carrère d’Encausse auquel les téléspectateurs pourront réagir en direct, par SMS, via Twitter avec le #violencesfemmes et sur le site dédié france5.fr/soireespeciale.

aunomdesfemmes-preview2300

http://www.francetv.fr/temoignages/violences-conjugales/au-nom-des-femmes_1078

Une écoute téléphonique : le 3919

Le 3919 « Violences Femmes info » est, depuis le 1er janvier 2014, le numéro national de référence d’écoute téléphonique et d’orientation à destination des femmes victimes de violences (toutes les violences : violences conjugales, violences sexuelles, mariages forcés, mutilations sexuelles féminines, violences au travail) ou des témoins de ces violences. Ce n’est pas un numéro d’appel d’urgence. En cas d’urgence, il faut appeler la police ou la gendarmerie, en composant le 17 (ou le 112 d’un portable, appel gratuit).

Anonyme, accessible, gratuit depuis un poste fixe ou mobile en métropole, comme dans les départements d’outre-mer, le numéro national 3919 garantit un premier accueil anonyme, une écoute, une information, et, en fonction des demandes, une orientation adaptée vers les dispositifs locaux d’accompagnement et de prise en charge.

Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial 

Publié dans adulte, Couple, violences | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Hey ! Would you like a cup of tea ?

Sexe, thé et consentement. Forcerait-on quelqu’un à boire une tasse de thé sans le vouloir ? Une campagne anglaise interroge avec humour et pertinence la notion fondamentale du consentement sans laquelle aucune relation sexuelle n’est envisageable.

Une vidéo de 3 minutes intitulée « Tea consent » produite par les studios Bleu Seat met en perspective les contours d’une proposition qui peut vite s’avérer aberrante. Ni thé ni sexe sans consentement et respect mutuel ! Ou alors c’est un viol …

http://www.lemonde.fr/europe/video/2015/11/06/angleterre-une-campagne-contre-le-viol-compare-le-sexe-a-une-tasse-de-the_4804906_3214.html

Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen

Publié dans ados, adulte, violences | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Fol-Lovers : pour jouer à deux, cartes sur table…

Dans un couple, la communication est un atout : pouvoir trouver des temps pour être ensemble et échanger en s’écoutant, en se respectant, en laissant l’autre s’exprimer jusqu’au bout – même si ce qu’il dit est difficile à entendre – ; pouvoir trouver les mots pour se dire mutuellement ce qu’on ressent, comment on pense, ce qui nous fait du bien, ce qui nous fait du mal, ce qu’on aime, ce qu’on aimerait…

Mais quand ? Après une journée de travail, puis une enfilade de courses, bains, devoirs, diner, rangement, lessive, factures, etc., comment ne pas sombrer dans un livre, un film ou directement sous la couette, sans passer par la case « Couple » ?

Raphaëlle de Foucauld et Florence Peltier, deux consœurs conseillères conjugales et familiales créatives, ont imaginé un petit jeu de cartes pour que les couples s’offrent un temps quotidien d’échange : le FOL-LOVERS.

Le principe est simple : piocher une carte par jour, répondre tour à tour à la question posée. Cela n’engage, selon elles, que quelques minutes. Un petit jeu bienfaisant pour vérifier ses combinaisons, identifier ses cartes maîtresses, connaître mieux le dessous des cartes de son conjoint, jouer la carte de la transparence, sans se défausser, et si besoin, redistribuer les cartes ensemble.

« Un jeu de 52 cartes pour renforcer l’amitié amoureuse dans votre couple en 2 min par jour ! »

Par ce slogan, les créatrices du FOL-LOVERS invitent les couples heureux et ceux qui se questionnent à « s’abonner » l’un à l’autre, comme les  FOLLOWERS de Twitter, et à suivre chacun l’actualité de l’autre : « ce qui est important pour lui, ce qui crée des émotions, ce qui le rend vivant au jour le jour ».

Elles s’adressent autant à ceux qui seront curieux de trouver un moyen ludique de passer du temps à deux, qu’à ceux qui souffrent de la routine et de leurs divergences et ont besoin d’un petit coup de pouce pour dialoguer et se redécouvrir. Créer, grâce au FOL-LOVERS, un petit espace quotidien de partage où l’on se pose les « bonnes questions » permet de mieux se connaître, d’approfondir sa relation de couple, et apporte la satisfaction d’être ensemble. On y parle d’amour, de nos langages, de ce qui fait notre équilibre, notre confiance, on y parle d’argent, de sexe, de nos conflits, nos différences, nos projets… Bref on se parle ! Et on joue la carte de s’écouter…

1 jeu : 13,90 €, 3 jeux : 35 € – Pour en savoir plus : http://fol-lovers.com/

fol-lovers

conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen 

Publié dans Couple | Tagué , , , | 2 commentaires

Parents positifs, enfants épanouis !

L’éducation bienveillante a le vent en poupe. Ce courant de psychologie positive venu des Etats-Unis devient ‘tendance’ de notre côté de l’Atlantique : et si on arrêtait de hurler sur nos bambins ? Etre heureux et les rendre heureux en valorisant leur estime d’eux-mêmes, leur responsabilité et leur autonomie. Mots d’ordre : optimisme et bienveillance, dialogue et empathie ! L’article qui suit trace les grandes lignes de cette pensée nouvelle qui prône une éducation non violente autant qu’épanouissante, d’ailleurs vantée par le Conseil de l’Europe à ses Etats membres… En France, des auteurs s’en font les promoteurs comme la pédiatre Catherine Gueguen.

Initiation-a-une-education-positive_article_main

A Lire : POUR UNE EDUCATION BIENVEILLANTE – LA CROIX – 15 sept 2015

http://www.la-croix.com/Famille/Parents-Enfants/Dossiers/Pour-une-education-bienveillante-2015-09-15-1356497

conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen 

Publié dans famille, parents | Laisser un commentaire

Sexualité : quels repères pour un développement harmonieux ?

Le magazine Ça m’intéresse consacre un hors série, actuellement dans les kiosques, à la sexualité humaine : « Le guide de l’amour et du sexe« . Une mine d’informations et de réflexions sur le sujet tabou par excellence. Désir, sentiments, croyances, jouissance, fantasmes, pratiques, interdits, limites, contraception, risques, idéaux … traversent en 121 pages une foule d’articles passionnants qui ouvrent la connaissance autant que le débat tout en s’ancrant dans notre présent.

7778778752_le-guide-de-l-amour-et-du-sexe-hors-serie-ca-m-interesse-juin-2015

Corinne Soulay qui a coordonné ce hors série  » Le guide de l’amour et du sexe » était l’invitée de l’émission de RTL La Curiosité est un vilain défaut du 17 juin 2015, animée par Sidonie Bonnec et Thomas Hugues (première partie). Vous pouvez ré-écouter cette émission en replay, ici.

La sexualité se construit tout au long de notre vie. De l’enfant à l’adolescent, de l’adulte au senior, elle est omniprésente, même si sa place change sans cesse. Au sein du couple, elle est source de partage et de connivence mais elle peut produire de la discorde, des non-dits ou de la frustration. Chez l’adolescent, elle est découverte et exploration. Mais l’accès via Internet – libre, facile et anonyme – aux images pornographiques et aux discours de toutes sortes sur les pratiques -y compris les déviances-, opère des représentations de la sexualité qui d’une part peuvent être très choquantes et qui, d’autre part, multiplient les injonctions à la performance. Il existe en effet une pression très forte aujourd’hui sur la jeune génération qui a une réelle anxiété de performance, comme d’appartenir à la norme imposée. Exemple, la chirurgie de l’intime est en pleine expansion. Il n’y a jamais eu autant de demandes de jeunes femmes pour des nymphoplasties… Et ce soir, l’émission Infra-Rouge (France 2) programme un documentaire sur le thème de la pression de la pornographie sur les adolescentes en deuxième partie de soirée : « A quoi rêvent les jeunes filles ? » (attention : déconseillé aux moins de 16 ans).

senfermer-vie-de-couple

Comment lutter contre ces assauts banalisés qui déforment la vision que les jeunes construisent de la sexualité et menacent leur sexualité future ? Comment les aider à réfléchir à ce dont ils ont besoin et envie ? A dire non ? A estimer ce à quoi ils sont prêts ? A respecter leur propre corps et le corps de l’autre ?

Mes consœurs conseillères conjugales et familiales et moi nous rendons dans les établissements scolaires, sur leur sollicitation, pour rencontrer les élèves et travailler avec eux, en groupe, sur différents aspects de la vie affective, relationnelle et sexuelle. Favoriser la construction individuelle, donner aux jeunes les moyens de s’approprier les données de leur développement sexuel, leur permettre de mieux appréhender les messages médiatiques, comprendre les dimensions de la sexualité et les aider à développer des attitudes de responsabilité, travailler l’image de soi et la relation aux autres, poser les interdits, tels sont les enjeux de l’Education à la sexualité prônée dans les établissements scolaires et encadrée par la CIRCULAIRE N°2003-027 DU 17-2-2003. « A cette fin, trois séances d’information et d’éducation à la sexualité doivent, au minimum, être organisées dans le courant de chaque année scolaire« , précise la circulaire. Nous sommes hélas loin du compte.

Récemment, nous nous nous sommes heurtées, dans un établissement, à une forte opposition de parents alors que nous avions mené une intervention auprès de jeunes de Troisième, à la demande de l’infirmière scolaire et de la direction du collège. Scandalisés par l’idée que nous ayons pu parler « crûment » de sexualité à leurs enfants, ceux-ci n’ont pas voulu entendre que nous travaillions sur la confiance, le respect, le consentement ou l’affirmation de soi, proposant aux élèves des pistes de réflexion autant que des outils pour nager dans le courant dans lequel tous, sans exception, baignent quotidiennement. Entre tabou familial et images faussées à profusion sur Internet, quels points de repère proposons-nous aux adolescents ?

La connaissance et la réflexion sur la sexualité humaine doit circuler aussi parmi les adultes, afin de mieux affronter les réalités de nos enfants. Il ne s’agit surtout pas d’être intrusif dans leur territoire d’intimité (la sexualité appartient à chacun) mais de pouvoir parler avec eux, les prévenir, les ouvrir à la connaissance d’eux-mêmes et des enjeux de la sexualité, les conduire à des choix responsables et à des comportements épanouissants.

Après tout, pourquoi faire comme si ça n’existait pas…………?

Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen 

Publié dans ados, parents | Laisser un commentaire

Alzheimer – Projection et débat le 11 juin à Mont Saint Aignan

L’association JALMALV ROUEN propose une projection du film Flore le jeudi 11 juin à 20 h au cinéma Ariel de Mont-Saint-Aignan (place Colbert), suivie d’un débat en présence de membres  de l’association  France-Alzheimer 76.

Flore est un film documentaire de Jean-Albert Lièvre daté de septembre 2014 : « Contre les recommandations de tous, un fils sort sa mère atteinte d’Alzheimer de sa maison médicalisée pour la ramener chez elle. Au contact de la nature, elle revient à la vie… »

588340.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Flore raconte l’histoire de la propre mère du réalisateur. Il s’agit, selon Jean Albert Lièvre, « d’un témoignage de ses errances parisiennes, jusqu’à son installation en Corse. Contre l’avis général, j’ai décidé avec ma sœur de la sortir des institutions pour l’installer en Corse dans sa maison, où, au contact de la nature et entourée d’une équipe atypique, nous avons assisté à une véritable renaissance. Arrivée en fauteuil roulant, dans un état de « glissement » vers une fin de vie certaine, aujourd’hui, elle marche, se baigne, et s’est remise à parler, elle a retrouvé l’usage des crayons et des pinceaux. Au contact des éléments, dans un environnement sain, elle est revenue à la vie. Elle est heureuse« .

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19547016&cfilm=227468.html

Jean-Albert Lièvre est un habitué du documentaire, mais plutôt animalier où environnemental. Il a notamment travaillé auprès de Nicolas Hulot pour sa chaîne et ses productions Ushuaia et pour le film Le Syndrome du Titanic. Flore est son premier documentaire long-métrage se penchant sur un sujet social, médical et personnel. Il lui a fallu trois ans pour filmer l’évolution de la maladie de sa mère au contact de la nature corse. Le film fut présenté au 31ème festival du film d’environnement à Paris, au festival du film français de Los Angeles COLCOA où il remporta le prix du Meilleur documentaire, et à la première édition du Socially Relevant Film Festival, à New York. Il fut par ailleurs soutenu par l’association pour la recherche sur Alzheimer, qui y voit « un film d’amour, d’attention à l’autre, d’espoir et de résilience des malades de la maladie d’Alzheimer« .

A l’initiative de l’association JALMALV ROUEN, Flore sera donc projeté le jeudi 11 juin à 20 h au cinéma Ariel de Mont-Saint-Aignan (place Colbert) et sera suivi d’un débat en présence de membres  de l’association  France-Alzheimer 76.

!cid_57D323D54AC644D388B68EBAD624999F@PCNat

JALMALV est une association qui forme des bénévoles pour accompagner les personnes en fin de vie quelque soit leur âge, qu’elles soient hospitalisées ou dans une maison de retraite ou encore à leur domicile. Elle apporte son soutien aux familles dans cette période de fin de vie d’un de leurs proches et à travers le deuil.

Son objectif est aussi de favoriser le développement des soins palliatifs, prenant soin de la douleur et des ressentis. La fin de vie est une expérience très difficile à vivre, pour celui qui s’en va, comme pour l’entourage. La peur de la mort dans notre société a favorisé des comportements de rejet, de fuite, de silence. L’approche de JALMALV est centrée sur la personne malade, la considérant jusqu’à la fin comme une personne vivante, avec son identité, son droit d’expression, sa liberté et sa dignité…

conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen conseil conjugal et familial Rouen 

Publié dans fin de vie | Laisser un commentaire

C’est l’histoire d’Anatole…

J’ai bien aimé cette histoire d’Anatole qui traîne sa petite casserole. Forcément celle-ci l’encombre, le freine, l’écarte des autres parfois. Jusqu’à ce qu’il rencontre une personne qui l’aide à trouver comment la porter autrement. Petite fable sur l’apprentissage pour les enfants et les parents.

Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen

Publié dans famille, parents | Laisser un commentaire

Voyage aux pays de l’amour

9782266249195Voyage aux pays de l’amour de Jacques Salomé – Pocket – février 2015.

Dans ce petit livre réédité en format Pocket cet hiver, Jacques Salomé explore les terres productives de ce qu’il nomme les « pays de l’amour », à la découverte de leurs éblouissements, leurs fruits en abondance, mais aussi de leurs ornières et des pièges qu’on y place. Dans cette promenade sur les sentiers amoureux, chacun reconnaîtra son aspiration profonde à aimer et à être aimé, durablement, mais aussi, s’interrogera sur les découvertes, les obstacles et les errances de toutes les relations de couple. Jacques Salomé éclaire de lucidité les enjeux du couple, ses mystères, ses moments privilégiés : rencontre, lune de miel, découvertes émerveillées, puis ses phases de construction, ses péripéties et ses crises. Comment construire ensemble une relation de couple qui s’inscrive dans la durée ? Comment faire de cette relation un projet de croissance pour chacun des deux ? Comment creuser à deux les sillons de l’amour quelque soient les pierres mises à jour ? Comment mieux comprendre l’autre ? Comment surmonter nos peurs ? Avec talent, Jacques Salomé partage les questionnements des couples et nous livre le fruit d’une vie consacrée à parcourir ces chemins de l’amour, qu’ils veut créatifs, vivants, non violents…

portrait-03 Jacques Salomé Né en 1935, psychosociologue, formateur en relations humaines, conférencier et écrivain, père de cinq enfants, Jacques Salomé est diplômé en psychiatrie sociale de l’école des Hautes études en sciences sociales. Chargé de cours pendant quinze ans à l’université de Lille III. Depuis 1962, il œuvre à développer des communications plus vivantes et des relations non violentes entre les enfants et les adultes. Il est l’auteur d’une soixantaine d’ouvrages.

Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial 

Publié dans Couple | Laisser un commentaire