Parents : avec ou sans fessée ?

Une sanction pour ne pas avoir interdit la fessée aux enfants. C’est une condamnation symbolique qui devrait être prononcée contre la France ce mercredi 4 mars, au motif que notre pays « ne prévoit pas d’interdiction suffisamment claire, contraignante et précise des châtiments corporels », selon le Conseil de l’Europe.

téléchargement

La France a bien signé la Charte européenne des droits sociaux, qui précise, dans son article 17, que les Etats doivent « protéger les enfants et les adolescents contre la négligence, la violence ou l’exploitation » mais le droit français autorise un « droit de correction » des enfants au sein des familles. Gifles, claques, tapes sur la main, fessées … les punitions légères sont considérées comme acceptables pour leur valeur éducative dans notre culture.

Si des études ont mis en évidence un lien entre les coups reçus dans l’enfance et l’agressivité à l’âge adulte, explique un article du Monde daté du 2 mars 2015, et que rares sont les pédopsychiatres qui défendent aujourd’hui l’usage de la fessée, il n’en reste pas moins que 80% des Français seraient hostiles à son interdiction, ayant reçu eux-mêmes des corrections de leurs parents et en ayant donné à leurs enfants. Cette actualité relance la polémique « pour ou contre la fessée », mais l’Etat français n’a pas fait savoir qu’il souhaitait modifier la loi.

la-gifle

CONTRE la fessée mais POUR un cadre clair

Dans un autre article daté du 3 mars, la psychanalyste Claude Halmos explique : « le but de l’éducation est que l’enfant se soumette aux règles parce qu’il en a compris le sens. La fessée ne lui apprend rien. Au contraire, elle lui donne l’exemple de la loi du plus fort ! Donner une fessée, c’est user et abuser d’un rapport de force inégal entre l’adulte et l’enfant. ». Même le pédiatre Aldo Naouri, favorable au « rétablissement de l’autorité parentale », s’est dit « formellement opposé aux châtiments corporels »« Je réprouve même la tape sur la main. Je considère que ces gestes signent la faillite des parents et sont, et c’est là le plus grave, attentatoires à la dignité de l’enfant. ». « Je ne suis pas opposée aux punitions, estime la psychanalyste Caroline Eliacheff. Mais l’atteinte corporelle est humiliante. Elle blesse. Il faut exercer une autorité qui ne soit pas un dressage. ».

 D’autres spécialistes de l’enfance sont plus nuancés quant à la violence d’une « petite tape sur les fesses » mais tous s’accordent à dire que l’autorité et les coups peuvent être dissociés. Ne pas frapper un enfant ne doit pas empêcher de lui donner un cadre. « Quand c’est non, c’est non, il ne s’agit pas d’expliquer ou de négocier à perte de vue, estime Gilles Lazimi, médecin, coordonnateur de la campagne anti-fessée de la Fondation pour l’enfance. Ne pas fixer de limite, c’est aussi de la maltraitance. ». A quoi sert de tout passer à un enfant-roi pour le frapper ensuite quand on est à bout ? interroge la pédiatre Edwige Antier. Les alternatives sont : la parole dans tous les cas; également, faire diversion (écarter les plus petits de certains actes); s’éloigner quand on est énervé ou encore isoler l’enfant en pleine de crise…

abdal3

Accompagner les parents dans leurs questionnements vis-à-vis de leurs enfants et leurs conflits éducatifs : la demande est forte et fréquente dans les entretiens de conseil conjugal et familial. « Ils ne m’écoutent pas », « elle ne m’obéit pas », « il se roule parterre », « elle ne veut pas que ce soit son père qui l’emmène à l’école »… Les parents se sentent parfois désarmés face à leurs enfants, ils culpabilisent d’être de « mauvais parents » ou de ne pas savoir « s’y prendre », et viennent courageusement chercher de l’aide, en parler. Les relations ont évolué au sein des familles, les modèles éducatifs des générations antérieures sont remis en cause et il faut souvent (ré)inventer sa façon d’être père ou mère.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/famille-vie-privee/article/2015/03/03/la-fessee-a-t-elle-une-valeur-educative_4586599_1654468.html

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/03/02/la-france-condamnee-pour-ne-pas-avoir-interdit-gifles-et-fessees_4585986_3224.html

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/03/03/autorisee-en-france-la-fessee-est-interdite-dans-44-pays_4586431_4355770.html

Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen Conseil conjugal et familial Rouen 

Publicités
Cet article a été publié dans famille, parents. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s